Le Centre de Recherche Transdisciplinaire OCS pour l’Afrique de l’Ouest prend forme

Partager

Une délégation de l’Organisation de Coopération du Sud (OCS) est en visite en Gambie pour des discussions de haut niveau avec des Hauts Responsables sur la création d’un Centre de Recherche Intergouvernemental Transdisciplinaire (ITRC) pour la région Afrique de l’Ouest.

La mission de trois jours, conduite par la Professeure Hirut Woldemariam, Sous-Secrétaire Générale à la Recherche, à l’Évaluation et à la Prospective (REEF), a permis à la délégation de l’OCS de mener des discussions fructueuses avec le Ministre gambien de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche, des Sciences et de la Technologie, l’Honorable Pierre Gomez et d’autres experts du Ministère.

L’Institut sera basé dans la capitale Banjul, et mènera des recherches
innovantes, contextuelles et cruciales qui permettront de relever les défis multiples et transversaux auxquels la région est confrontée. Bien que l’ITRC soit situé en Afrique de l’Ouest, les connaissances produites et les recherches menées devront également être mises au service des États Membres de l’OCS dans d’autres régions du Grand Sud.
Le Centre s’attèlera à répondre à l’une des priorités de développement dans la région, notamment l’agriculture intelligente face au climat, pour un développement intégré.

En plus des discussions avancées sur l’Institut Transrégional, cette visite était également l’occasion de présenter le processus d’intégration des Membres Associés issus de la Gambie (acteurs non étatiques tels que les milieux universitaires, la société civile, etc.) à l’un des programmes phares de l’OCS — le Système d’Information du Grand Sud (GreSIS) — un outil clé pour la démocratisation de l’accès aux connaissances académiques et non académiques. La plateforme GreSiS est déjà utilisée par des chercheurs et des étudiant(e)s.

L’Honorable Pierre Gomez s’est félicité de l’accès à la plateforme GreSiS de l’OCS, et a réitéré l’engagement du Président de la Gambie, S.E. Adama Barrow, à accueillir le Centre de Recherche. L’ITRC servira également de plateforme pour la coopération intergouvernementale et s’adressera à diverses parties prenantes, notamment les États Membres, les institutions universitaires, les organisations de la société civile et les détenteurs de savoirs autochtones, afin de favoriser la collaboration entre ceux-ci.

La professeure Hirut a déclaré que « la Troisième Voie de Développement », qui passe par une construction collective d’un mode de développement innovant et alternatif, constitue une étape essentielle pour relever les défis complexes et multiformes auxquels sont confrontés les pays du Grand Sud. « L’OCS envisage de créer des centres de recherche similaires dans d’autres régions, notamment, l’Asie du Sud-Est, le Moyen-Orient, l’Amérique latine et les Caraïbes-Pacifique, dans le cadre des efforts déployés par l’Organisation pour produire des connaissances nouvelles et pertinentes au regard du contexte du Grand Sud, puisées au sein du Grand Sud et entre les pays du Grand Sud », a-t-elle ajouté.

La particularité de ces Centres de Recherche Transrégionaux c’est qu’ils auront vocation à transcender les frontières conventionnelles des disciplines, puisant dans diverses méthodes de recherche, y compris l’exploitation des riches connaissances indigènes offrant des solutions éprouvées à un ensemble de défis au sein des États Membres de l’OCS.

قريبا

Très Prochainement

Pronto